1 - Prologue

Publié par Lili Plume

Mariana me regarde bouche bée et les yeux écarquillés. Moi, je gesticule dans tous les sens, face à elle, en parlant très fort :

- Là je dis au type : Comment ça Tudo bem [1] ! Non monsieur ! C’est loin d’être Tudo bem ! Je n’ai peut-être pas l’air d’une Brésilienne mais je comprends très bien le portugais ! Et arrêtez de m’appeler Querida[2]. Ça ne va pas vous sortir d’affaire ! Elle n’a que huit mois la voiture que vous m’avez vendue et tout tombe en miettes !

Mariana éclate d’un rire sonore et fait sursauter toute la tablée à côté de nous. Le Santa Sofia Café est à moitié vide ce matin. Les serveuses nous observent d’un air mi amusé mi inquiet. Il faut dire qu’on fait un de ces raffuts. Deux vraies folles.

Et puis c’est le silence.

On touille nos cafés en regardant le fond de nos tasses. Elle a les larmes aux yeux. Moi aussi.

- Tu vas me manquer Amiga avec tes histoires. Tu me fais tellement rire.

- Alors c’est sûr, vous partez...

- Oui, début décembre.

- Et ça va ? Tu es contente de rentrer chez toi au Mexique ?

- Oui et non. Je retrouve ma famille mais je perds mes amies.

- On viendra te voir !

- J’espère bien my crazy french friend !

Elle se lève alors et demande à l’une des serveuses de nous prendre en photo. On pose toutes les deux, bras dessus bras dessous, avec un grand sourire. Après avoir remercié la jeune femme, elle va payer au comptoir. Sur le trottoir, on parle encore de choses et d’autres. C’est dur de se quitter…

- De toute façon on va profiter l’une de l’autre avant le départ hein Amiga! Il nous reste encore un mois et demi!

- Un mois et demi, c’est beaucoup !

-….

-….

- Et puis on a passé une belle année non ?

- Oui c’est sûr…

Après une embrassade plus longue que d’habitude, on s’éloigne pour rejoindre nos voitures. De loin, je lui lance encore :

-Tchau Maribanana !

-Hi Hi Hi ! Tchau my friend !

Et alors que je m’installe au volant de ma voiture, j’attends un moment avant de démarrer.

Je suis si triste.

J’aurais bien aimé avoir plus de temps pour profiter d’elle. On s’entend tellement bien.

Mais quelle belle année… Elle a raison… Si riche et à la fois si intense. Un an que je suis arrivée au Brésil avec ma petite famille et que ma vie s’est subitement transformée en une véritable épopée…

[1] Tout va bien.

[2] ma chère ou chérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :